header banner
Default

Classement mondial : Quelles sont les meilleures nations pour vivre bien en 2023? La France perd beaucoup de places Forbes France


Table of Contents

    CLASSEMENT | Vous cherchez les meilleurs endroits où vivre dans le monde ? Il n’y a pas de meilleure source que les expatriés, qui ont un point de vue unique sur ce que c’est que de vivre dans un pays étranger.

    Pour la dixième année consécutive, InterNations a interrogé près de 12 000 expatriés à travers le monde pour établir un classement des meilleurs endroits où vivre. L’Expat Insider 2023 recueille les opinions d’expatriés représentant 177 nationalités et vivant dans 181 pays ou territoires. Le rapport classe 53 pays en analysant des facteurs tels que la qualité de vie, la facilité d’installation, les finances personnelles, etc.

    Le meilleur endroit où vivre

    La meilleure destination pour vivre en tant qu’expatrié en 2023 est le Mexique qui remporte la palme pour la deuxième année consécutive, 91 % des expatriés se déclarant satisfaits de leur vie.

    Ce pays est depuis longtemps l’un des préférés des expatriés. « Le Mexique a obtenu d’excellents résultats depuis notre toute première enquête Expat Insider, il y a dix ans. Il a toujours figuré parmi les cinq premiers », explique Malte Zeeck, fondateur d’InterNations. Selon lui, la popularité constante du Mexique auprès des expatriés est largement due à ses excellents résultats en matière de finances personnelles et de facilité d’installation. « Par exemple, c’est là que les expatriés du monde entier trouvent qu’il est le plus facile de s’habituer à la culture locale, qu’ils se sentent les mieux accueillis. Par ailleurs, ils décrivent les habitants comme la population la plus amicale au monde. Si l’on ajoute à cela le coût de la vie relativement bas et le climat agréable, le Mexique devient un pôle d’attraction pour les expatriés. »

    Cependant, il y a aussi des inconvénients. « La sécurité personnelle reste l’un des principaux problèmes au Mexique, tant pour les locaux que pour les expatriés », indique Malte Zeeck. En 2022, le Mexique se classait 49e sur 52 destinations en matière de sécurité. Cette année, il se classe 49e sur 53 pays. Parmi les expatriés interrogés en 2023, 18 % déclarent ne pas se sentir en sécurité au Mexique (contre 8 % au niveau mondial).

    Le reste du classement

    La deuxième place du classement cette année est occupée par l’Espagne, qui a progressé de quelques rangs par rapport à sa cinquième place en 2022. Qu’est-ce qui fait de l’Espagne un pays de prédilection pour les expatriés ? Selon Malte Zeeck, l’Espagne s’est toujours classée dans le top 10 en termes de qualité de vie depuis la première enquête Expat Insider. Les expatriés sont également satisfaits des possibilités de loisirs : l’Espagne est le vainqueur mondial dans cette catégorie en 2023. La culture et la vie nocturne sont également très appréciées (88 % des expatriés sont satisfaits de l’offre), tout comme les sports de loisirs (91 % des expatriés sont satisfaits). Enfin, l’Espagne se classe troisième au niveau mondial pour le climat et la vie nocturne, tout comme pour le climat et la météo.

    La troisième place du classement revient au Panama. « La troisième place du Panama nous a quelque peu surpris », explique Malte Zeeck. « Le pays n’avait pas du tout figuré dans l’enquête en 2022, en raison du manque de répondants locaux cette année-là, et il fait aujourd’hui une réapparition assez spectaculaire avec le meilleur résultat jamais obtenu par Expat Insider. »

    Certains des points forts du Panama sont similaires à ceux du Mexique. Le pays arrive en quatrième position en ce qui concerne la facilité d’installation et en huitième position pour les finances personnelles. Il obtient également d’excellents résultats en matière de logement, se classant cinquième au niveau mondial.

    Les États-Unis vus par les expatriés

    Les expatriés ne sont pas très satisfaits des États-Unis. Le pays a considérablement reculé dans l’enquête Expat Insiderde cette année, se classant au 30e rang. L’année dernière, il occupait la 14e place. Qu’est-ce qui a contribué à ce déclin ?

    « Dans les domaines où les États-Unis n’ont jamais fait bonne figure auparavant, la situation est encore pire », explique Malte Zeeck. « Par exemple, ils sont passés de la 47e à la 51e place en ce qui concerne l’accessibilité des transports publics. En ce qui concerne les thèmes pour lesquels ils obtiennent habituellement des résultats moyens ou bons, leur performance est toujours correcte, mais légèrement moins bonne. Par exemple, l’année dernière, le pays se classait 18epour la convivialité générale, alors qu’il n’occupe aujourd’hui qu’une médiocre 26e place. Tous ces éléments s’additionnent pour influer sur le classement général. »

    Il y a quelques domaines aux États-Unis où les changements dans les résultats sont particulièrement perceptibles, et la plupart d’entre eux sont liés aux finances ou au travail. « Les expatriés se déclarent nettement moins satisfaits du coût de la vie en général et du caractère abordable du logement, ainsi que de facteurs tels que le marché du travail local, l’état de l’économie et leur propre sécurité d’emploi », indique Malte Zeeck.

    Le paradoxe nordique

    Il est intéressant de noter que la Norvège est régulièrement désignée comme l’endroit le plus heureux de la planète, mais que dans ce classement, elle se situe près du bas de l’échelle, à la 52e place sur 53 pays. D’où vient ce décalage ?

    C’est le « paradoxe nordique ». « La Norvège ainsi que les autres pays nordiques figurant dans l’enquête Expat Insiderobtiennent de très bons résultats dans d’autres classements tels que l’indice mondial du bonheur, mais cela ne se reflète généralement pas dans nos résultats », affirme Malte Zeeck.

    Comment cela se fait-il ? « Tout d’abord, l’indice mondial du bonheur est basé sur une série de faits concrets, c’est-à-dire des données statistiques provenant de source officielle », explique Malte Zeeck, qui souligne que les données de l’indice mondial du bonheur couvrent des dimensions telles que la paix, la démocratie, les droits humains et l’accès à l’Internet.

    « Il repose sur l’hypothèse implicite qu’une bonne performance dans ces domaines rendra automatiquement la population locale du pays plus heureuse », indique Malte Zeeck.

    L’enquête Expat Insider, en revanche, ne mesure pas de données provenant de sources externes. « Nous interrogeons simplement les gens sur leur satisfaction personnelle à l’égard de certains aspects de la vie quotidienne à l’étranger », souligne Malte Zeeck. Certains de ces facteurs sont assez similaires à ceux couverts par le Rapport mondial sur le bonheur, comme la qualité de l’air, la facilité d’accès à l’Internet à haut débit et la sécurité personnelle. « Les opinions subjectives des expatriés concordent donc souvent avec les statistiques objectives de tierces parties », ajoute Malte Zeeck.

    Cependant, selon lui, l’une des raisons du « malheur » des expatriés en Norvège et dans d’autres pays nordiques pourrait être un élément qui n’est pas mesuré dans l’indice mondial du bonheur : la facilité d’installation. « Essayer de se faire des amis à l’âge adulte et de construire un réseau de soutien personnel en tant qu’étranger dans une société souvent décrite comme introvertie, distante ou fermée peut s’avérer extrêmement difficile », déclare Malte Zeeck. « Et si vous vous sentez isolé socialement et seul, vous n’apprécierez probablement pas la qualité de l’air ou le PIB élevé par habitant d’un pays. »

    Se faire des amis à l’étranger

    L’Expat Insider 2023 se penche également sur les endroits où il est le plus facile et le plus difficile de se faire des amis à l’étranger, un sujet important, étant donné le nombre de nomades numériques et de retraités qui s’installent dans d’autres pays.

    Malte Zeek estime que la facilité à se faire des amis à l’étranger est liée à l’amabilité générale de la population et à son ouverture à l’égard des résidents étrangers. Les cinq pays où il est le plus facile de se faire des amis sont le Panama, le Mexique, le Kenya, le Brésil et les Philippines. Selon Malte Zeeck, ces pays figurent également parmi les dix premiers pour l’amabilité générale de leurs habitants et leur ouverture aux résidents étrangers.

    Les cinq pays les moins performants en matière d’amitié sont le Danemark, l’Autriche, le Koweït, la Norvège et l’Allemagne. « En ce qui concerne l’amabilité générale de la population, ces pays se classent tous parmi les dix derniers, ce qui pourrait expliquer la difficulté des expatriés à s’y faire des amis », explique Malte Zeeck.

    Est-ce une coïncidence si les pays les plus accueillants sont des pays du sud au climat chaud et si la plupart des pays les moins accueillants sont des pays du nord au climat plus frais ? Les gens ont-ils tendance à être plus amicaux là où il fait chaud ? « Nous ne pouvons pas vraiment le dire. Nous ne pouvons que spéculer sur le fait qu’un climat doux permet probablement aux gens de sortir davantage et, par conséquent, de se socialiser davantage », indique Malte Zeeck.

     « Les sociétés moins individualistes, comme celles mentionnées dans notre classement des cinq meilleures façons de se faire des amis, ont tendance à avoir des communautés plus soudées où les gens passent plus de temps les uns avec les autres et s’entraident davantage », ajoute Malte Zeeck. « Il est donc possible qu’elles soient naturellement plus ouvertes aux nouveaux arrivants, tels que les résidents étrangers, et qu’elles les accueillent. Mais là encore, il ne s’agit que de spéculations qui ne reposent pas sur les données réelles de notre enquête. »

    Le pays le moins bien classé

    Le Koweït arrive en bas du classement, à la 53e place, pour la deuxième année consécutive. « Le Koweït est l’opposé du Mexique », explique Malte Zeeck. « Cela signifie qu’il s’est non seulement classé dernier en 2022 et 2023, mais qu’il s’est constamment classé parmi les pays les moins bien notés au cours de la dernière décennie. »

    Selon Malte Zeeck, le Koweït affiche des résultats médiocres dans la plupart des domaines. « Le classement général de l’enquête Expat Insider est basé sur 56 facteurs d’évaluation différents et, en 2023, le Koweït se retrouve dans les cinq dernières places pour plus de 30 d’entre eux », déclare-t-il. « Il n’est donc pas étonnant que seuls 43 % des expatriés soient satisfaits de leur vie au Koweït, contre une moyenne mondiale de 72 %, le faible niveau de satisfaction générale ayant également un impact sur le classement final du Koweït. »


    Classement des 53 meilleurs endroits où vivre en 2023


    1. Mexique
    2. Espagne
    3. Panama
    4. Malaisie
    5. Taïwan
    6. Thaïlande
    7. Costa Rica
    8. Philippines
    9. Bahreïn
    10. Portugal
    11. Émirats arabes unis
    12. Oman
    13. Indonésie
    14. Vietnam
    15. Brésil
    16. Finlande
    17. Colombie
    18. Kenya
    19. Luxembourg
    20. Australie
    21. République tchèque
    22. Pays-Bas
    23. Suisse
    24. Suède
    25. Grèce
    26. Chine
    27. Canada
    28. Arabie saoudite
    29. Estonie
    30. États-Unis
    31. Qatar
    32. Chypre
    33. France
    34. hongrie
    35. Pologne
    36. Inde
    37. Singapour
    38. Belgique
    39. Irlande
    40. Hong Kong
    41. Danemark
    42. Autriche
    43. Royaume-Uni
    44. Japon
    45. Nouvelle-Zélande
    46. Malte
    47. Italie
    48. Afrique du Sud
    49. Allemagne
    50. Corée du Sud
    51. Turquie
    52. Norvège
    53. Koweït

    Article traduit de Forbes US – Auteure : Laura Begley Bloom

    <<< À lire également : CLASSEMENT | Les 20 villes où il fait bon vivre dans le monde en 2023 >>>

    Sources


    Article information

    Author: Daniel Diaz

    Last Updated: 1703951162

    Views: 472

    Rating: 3.5 / 5 (84 voted)

    Reviews: 91% of readers found this page helpful

    Author information

    Name: Daniel Diaz

    Birthday: 1931-11-29

    Address: 55831 Lauren Branch, Port Sara, NJ 06433

    Phone: +4702456048405103

    Job: Bank Teller

    Hobby: Sailing, Origami, Backpacking, Chess, Puzzle Solving, Tennis, Lock Picking

    Introduction: My name is Daniel Diaz, I am a apt, risk-taking, strong-willed, important, receptive, welcoming, persistent person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.